Identifiant ou mot de passe oublié ?
Des-France

En juin, déconfiné et toujours mobilisé

N°162 - 17 juin 2020

Si cette newsletter ne s'affiche pas correctement, retrouvez-la en cliquant ici.

Nouvelle publication de l'association


Au sommaire de ce n° de juin :
• les résultats de notre questionnaire sur le suivi gynécologique des "filles DES"
• la présentation de décisions de la Cour de Cassation
• Le Distilbène évoqué lors d'un colloque organisé par la Haute Autorité de Santé

Le confinement n'ayant pas permis l'envoi du n° de mars en temps et en heure, les numéros de mars et de juin sont adressés ensemble à nos adhérents.

Pour nous rejoindre et recevoir notre publication, cliquez ici !




Réseau D.E.S. France au sein de France Assos Santé


Ségur de la Santé : nous participons !



France Assos Santé participe au Ségur de la Santé et a mis en place, en interne, différents groupes de travail.

Réseau D.E.S. France se mobilise sur la thématique "Définir une nouvelle politique d’investissement et de financement au service des soins", pour mettre notamment en avant les politiques de prévention.

France Assos Santé confirme ainsi sa volonté d’être une force de proposition pour porter l’intérêt des usagers à son meilleur niveau possible, co-construire un plan ambitieux déterminant pour l’avenir de notre hôpital et notre système de santé.





Lutte contre les pénuries de médicaments : assez de rapports, du concret !

[Communiqué de presse]

Nous, associations de patients et d’usagers du système de santé, appelons plus que jamais à l’adoption de mesures concrètes pour lutter contre d’intolérables pénuries de médicaments et de vaccins.

Le 27 mai, une proposition de loi visant à créer un pôle public du médicament a été vidée de sa substance lors des discussions en Commission des Affaires sociales à l’Assemblée nationale. Cette proposition prévoyait notamment d’assurer une production publique de médicaments et l’alimentation d’une réserve stratégique de médicaments essentiels.

Les textes s’accumulent, les médicaments manquent toujours à l’appel

Citons entre autres le rapport stratégique confié à Jacques Biot par Matignon en septembre 2019 et achevé en février, qui ne sort pas de l’ombre.

Le Parlement européen s’est également emparé du dossier à l’occasion de la crise du COVID-19 et s’apprête à adopter, lui aussi, un rapport sur le sujet. Le projet, actuellement en discussion au sein de la Commission environnement et santé publique (ENVI) du Parlement, propose notamment la création d’un ou plusieurs établissements pharmaceutiques européens à but non lucratif et la mise en place d’une réserve stratégique européenne de médicaments, en miroir aux propositions du projet de loi français mort-né.

Il est temps d’agir.

Il est maintenant temps de passer des paroles aux actes, des rapports à la mise en oeuvre des textes de loi et à l’adoption de mesures concrètes. Nous demandons urgemment :
• la parution du décret prévu dans la dernière loi de financement de la Sécurité sociale imposant aux industriels la création de stocks de sécurité
• un soutien clair et franc aux propositions de création d’une production alternative et d’une réserve stratégique discutées prochainement au Parlement européen.

Sans vous, nous ne sommes rien !

Pour nous aider à poursuivre nos actions...

La majeure partie de nos ressources provient de vos cotisations et dons. Et votre adhésion est essentielle pour renforcer notre crédibilité.

En ligne (plateforme E-Cotiz.com) ou en nous retournant ce bulletin d'adhésion par courrier : tout est possible !

Merci.

Avec Prizle, soutenez nous gratuitement !


Prizle est une plateforme d'achat en ligne solidaire.


Grace à des partenariats passés avec plus de 1000 commerces en ligne, vos achats génèrent des commissions qui sont transformées en dons, sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit.
De nombreuses enseignes du quotidien figurent parmi les partenaires.

En utilisant Prizle, vous nous apportez une aide précieuse.
Merci encore pour votre solidarité.




Suivez-nous : abonnez-vous à notre page Facebook !


Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, cliquez ici et envoyez.

>> Retour à la page précédente